Séquence pré-générique

Quelques réflexions pour commencer

Episodique. Un terme souvent utilisé de manière péjorative. Les discours contemporains sur les séries télévisées ont eu tendance à ériger le feuilletonnant au rang d’idéal de qualité, au détriment d’une réflexion sur le statut de l’épisode. Des voix s’élèvent pourtant aujourd’hui pour rappeler que l’épisode est le socle même de la sérialité, et qu’une série n’est ni un long film ni un roman, et surtout qu’elle ne gagnerait rien à chercher à le devenir. Mais le corpus, d’ailleurs immense, des séries télévisées fondées, au moins en partie, sur le principe d’une intrigue bouclée par épisode, reste sous-étudié dans les recherches sur la télévision en France, en particulier sous un angle narratologique et/ou esthétique.

Parmi les diverses formes de sérialité, j’interroge en particulier ce que j’appelle les séries semi-feuilletonnantes formulaires (l’article suivant de ce blog en présentera une définition). Cette recherche, que j’ai commencée il y a quelques années, mène à la rédaction d’un livre sur lequel je travaille actuellement et qui étudie la place de ce type de séries dans l’histoire de la télévision américaine, son influence, mais aussi la manière dont ces séries ont permis de mettre en perspective la question de la sérialité et de la travailler à la fois sur un plan esthétique et sur un plan idéologique. Je crois que ces séries, par le travail inhérent qu’elles ont dû opérer sur les contraintes qui étaient les leurs, ont développé une créativité foisonnante et ouvert la voie à la diversité des séries contemporaines. Les années 1980 et 1990 ont ainsi été un laboratoire extraordinaire qui, de Hill Street Blues à Angel, en passant par Beauty and the Beast ou E.R., a réfléchi sur le statut de l’épisode et sur les possibilités spécifiques de la narration sérielle télévisuelle. Ces séries portent un regard sur le monde qui se construit en partie sur la manière dont elles pensent et négocient leur propre format.

Or à ce type de séries appartiennent la plupart des œuvres qui ont construit ma sériephilie depuis le début des années 1990 et qui ont marqué ma vie. Et je sais que je ne suis pas la seule. La mise en avant ces dernières années d’un corpus presque exclusivement composé de séries de câble et de séries ultra-contemporaines a eu tendance à faire oublier de véritables chefs d’œuvres, trop rapidement mis dans un tiroir, car étiquetés “télévision commerciale”.  Mais si ces séries sont produites selon des contraintes fortes – ce qui est le cas de bien d’autres types d’œuvres d’art -, il n’empêche qu’il en émerge un nombre significatif de bijoux, qui apposent leur marque dans l’imaginaire collectif et l’histoire de la télévision. Les séries proclamées aujourd’hui de qualité n’auraient ainsi jamais vu le jour sans Buffy ou The X-Files.

Ce carnet a pour but d’accompagner l’écriture de ce livre et d’être aussi un espace de réflexion et de discussion autour de ces problématiques, et plus généralement de la sérialité télévisuelle. Comme dans les séries qui m’intéressent ici, je compte tenter de poser quelques principes et définitions dans le premier épisode que constituera le prochain billet de ce blog. Les épisodes suivants viendront alors confirmer, détourner ou repenser ces éléments de base. La rédaction de ce livre est une aventure qui me tient à cœur, et j’espère que la publication de ce carnet de recherches aidera à poursuivre un dialogue fécond avec d’autres chercheurs ou amateurs de séries pour tenter de mieux comprendre ces objets.

Cite this article as: Claire Cornillon, [Title] in Episodique, https://episodique.hypotheses.org/.

2 réflexions sur « Séquence pré-générique »

  1. Effectivement, et cette dévalorisation de l’épisodique n’est pas limitée aux séries—c’est un phénomène bien connu de celles et ceux qui travaillent sur la littérature jeunesse.
    Est-ce que le fantasme du progrès ne serait pas sous-jacent à cette hiérarchie des valeurs ? (avec un association progression-progrès / épisodique-stagnation ?)

    1. Oui, effectivement!L’imaginaire du progrès liée à l’idée de progression peut jouer, mais aussi tout simplement l’idée qu’il y ait un progrès dans l’histoire des séries, ce qui est évidemment contestable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.