Générique

Définitions et typologie des formes de récits sériels audiovisuels

Pour commencer, tentons de poser quelques définitions. Il existe de nombreuses terminologies pour classer les différentes formes de narration sérielle. Depuis quelques années, j’emploie une typologie que je vais essayer de résumer ici.

Il me semble que le terme “série” télévisée est employé depuis de nombreuses années, dans le langage courant, à la fois pour désigner ce que l’on appelait anciennement des “séries” (intrigues bouclées) et ce que l’on appelait des “feuilletons” (intrigue qui se suit d’un épisode à l’autre). Par souci de clarté, je qualifie donc toutes les formes de narration sérielle audiovisuelle de “série”, en distinguant parmi elles :

  • séries formulaires, qui présentent des intrigues bouclées à chaque épisode et ne connaissent aucune évolution de l’intrigue sur le long terme. Les personnages ne changent pas et les épisodes pourraient être regardés dans n’importe quel ordre ;
  • séries feuilletonnantes, qui correspondent aux feuilletons, par exemple les soaps, dont l’intrigue se poursuit très directement d’un épisode à l’autre et doivent être regardées en théorie dans l’ordre de diffusion ;
  • séries semi-feuilletonnantes, une forme de narration hybride née dans les années 1980 et qui correspond à la quasi-totalité des productions depuis les années 1990. Elle s’est imposée progressivement en proposant cependant des variantes : les séries semi-feuilletonnantes peuvent être soit formulaires soit épisodiques (voir plus bas).

Avant de préciser la distinction entre les séries semi-feuilletonnantes formulaires et épisodiques, il convient de revenir sur l’origine du terme “formulaire”. Je m’appuie ici sur la notion de “formule” telle que l’a définie Jean-Pierre Esquenazi, c’est-à-dire “le cadre strict que se donne une série” (Esquenazi, Jean-Pierre, Les séries télévisées, l’avenir du cinéma, Paris, Armand Colin, 2010). Il écrit : “[La série] est à la fois moins qu’un genre et plus qu’un film ; définie par une formule qui l’inscrit à l’intérieur d’un genre tout en spécifiant le processus de chacun de ses épisodes, elle institue une formidable rationalisation de la production de fictions télévisuelles et crée le premier équivalent narratif du genre musical des variations” (Esquenazi, Jean-Pierre, “L’Inventivité à la chaîne : formule des séries télévisées”, MEI 16, 2002). La formule est donc une forme qui identifie une série et qui se reproduit à chacun de ses épisodes. Or cette forme est souvent, entre autres, le résultat d’un travail de spécification d’un genre. Par exemple, la formule de The X-Files consiste à combiner une structure d’épisode de série policière avec une intrigue fantastique. La formule repose sur cette structure narrative ainsi que sur des éléments de mise en scène, de musique, de montage, etc. Dans The X-Files, les séquences pré-génériques ont ainsi un rôle particulier puisqu’elles présentent généralement une victime sans identifier le monstre qui l’attaque, car l’intrigue va reposer sur la confrontation des points de vue des personnages concernant l’interprétation à donner de cette scène inaugurale. La formule de la série repose donc aussi dans ce cas sur la fonction de chacun des personnages ou encore sur des choix visuels spécifiques. Chaque épisode va donc réactualiser cette formule avec un degré de variation plus ou moins grand.

Les séries, qui ne sont pas semi-feuilletonnantes, reposent donc entièrement sur ce jeu, qui relève véritablement du canevas, et leur capacité à réinvestir cette même forme de manière toujours renouvelée est ce qui constitue le fondement de leur fonctionnement.

Dans les séries hybrides, semi-feuilletonnantes, les intrigues bouclées cohabitent avec une intrigue au long cours. A ce moment-là, deux options s’offrent aux scénaristes:

  • d’une part, la série semi-feuilletonnante formulaire (c’est notamment le cas de The X-Files). Comme dans les séries purement formulaires, chaque épisode réactualise la formule. En revanche, les personnages évoluent, ainsi que les relations qu’ils tissent entre eux, et une intrigue globale se dessine. D’autre part, la formule elle-même évolue. Elle n’est souvent pas fixe tout au long des saisons mais constitue un point de départ, qui pose l’identité de la série et qui va progressivement être déconstruite ou reconstruite. On assiste alors à une “déformulation” pour reprendre le concept de Vladimir Lifschutz (Voir sa thèse : Les séries télévisées : une lutte sans fin);
  • d’autre part, la série semi-feuilletonnante épisodique (telle que Lost). Dans ce cas, l’épisode possède une relative autonomie, mais n’applique pas une formule récurrente. Son autonomie n’est pas seulement chronologique – il ne s’agit pas d’un morceau de l’intrigue – mais plutôt, souvent, thématique. L’épisode développe un thème, ou un personnage, qui va lui donner une unité et déterminer une structure avec un début et une fin, tout en s’inscrivant aussi dans la continuité avec l’ensemble.

Ces deux fonctionnements n’offrent pas les mêmes possibilités narratives. Le second permet par exemple de rentrer plus rapidement dans le vif du sujet, parce que la série n’a pas à installer la formule, mais rend plus difficile une déviation radicale le temps de l’épisode, ce qu’offre en revanche plus aisément le premier.

Ces termes ne sont évidemment pas des étiquettes rigides, mais il me semble qu’ils permettent de penser un certain nombre de modalités de la narration sérielle, telle qu’elle a été développée en particulier dans l’histoire de la télévision américaine. Pour comprendre l’émergence et l’évolution de ces formes, il faut en effet bien évidemment les replacer dans leur contexte historique, ce qui pourra faire l’objet d’un prochain billet.

Il est clair que de tous les types que je viens d’évoquer, celui qui m’intéresse spécifiquement, le semi-feuilletonnant formulaire, est le plus contraignant, car il compose avec les contraintes de la formule et avec celles du feuilletonnant. Mais il me semble que c’est précisément l’articulation de ces deux niveaux de contraintes qui fait sa richesse et sa portée.

Cite this article as: Claire Cornillon, [Title] in Episodique, https://episodique.hypotheses.org/.

4 réflexions sur « Générique »

  1. Une série peut-elle être formulaire puis s’en détacher petit à petit afin de devenir épisodique ? Je pense à Person of Interest notamment qui laisse tomber sa formule du ” numéro de la semaine ” au profit d’un fil rouge et de plusieurs épisodes thématiques ou sur un personnage à partir de la saison 3

    1. Oui, le format peut évoluer, mais il est rare que les séries formulaires abandonnent totalement leur formule. Le plus souvent, elles la reconfigurent ou l’interrogent. Elles peuvent aussi décaler, temporairement ou définitivement, le centre d’attention vers le feuilletonnant tout en conservant leur formule (voir, par exemple, ce que j’explique sur la saison 4 d’Angel). Je n’ai pas encore vu Person of Interest, malheureusement (mais c’est sur ma liste à voir!), et je ne peux donc pas vous répondre sur cette série en particulier. Il faut voir que, dans cette forme hybride, le feuilletonnant et la formule sont deux pôles entre lesquelles la série oscille mais qui se situent sur un continuum et les frontières entre ces deux pôles sont donc parfois très floues.

  2. Est-ce qu’on ne pourrait pas identifier des séries semi-feuilletonnantes dont la formule varie de saison en saison? Peut-être que LOST serait moins épisodique que formulaire si on envisage des variations formulaires saisonnières ? Exemple: en saison 1, la formule serait “Trouver des moyens pour survivre”; en saison 2, “Comprendre le mécanisme du bouton”; en saison 3, “Connaître la Dharma”, etc.

    1. La formule peut effectivement varier de saison en saison. Mais il me semble que ranger Lost dans un schéma formulaire ne permet pas nécessairement de bien appréhender la série. Une formule est généralement fondée sur une spécification d’un genre télévisuel connu : policier, judiciaire, médical, etc et donc sur “le monstre de la semaine”, “l’affaire de la semaine”, “le procès de la semaine”, “le patient de la semaine”. Cette construction implique une série d’événements qui vont se dérouler à chaque fois pour mener toujours au même type de conclusion. On pourrait dit que la première saison de Lost est un récit de survie et que chaque épisode est “le problème du jour” : ex : trouver de l’eau, etc. Mais la construction narrative n’est pas similaire d’un épisode à l’autre (à part la dualité intrigue principale/flashbacks). Il y a bien, comme je le disais, un thème par épisode, mais le traitement de ce thème me semble différer d’un épisode à l’autre. Je trouve ton idée vraiment intéressante, mais il me semble que la structure formulaire est plus rigide que ce que l’on trouve dans Lost.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.