De Beauty and The Beast à Person of Interest, en passant par Angel

Il y a quelques années de cela, Sarah Hatchuel et moi, chacune de notre côté, en travaillant sur des séries différentes, nous sommes arrivées à la même conclusion : l’importance de la question du semi-feuilletonnant (et dans mon cas plus particulièrement du formulaire) dans une lecture éthique des séries. Sarah a développé cette réflexion notamment à partir de Person of Interest et moi à partir d’Angel. Je viens de terminer il y a quelques jours Person of Interest et je comprends mieux pourquoi nous en sommes arrivées aux mêmes types d’analyse. Pour moi, PoI est une réécriture science-fictionnelle magistrale d’Angel. Il ne s’agit pas évidemment de subordonner une série à l’autre, chacune ayant sa dynamique propre et sa beauté spécifique. Mais toutes deux développent effectivement un même projet éthique, une vision du monde où la personne à aider dans chaque épisode (c’est-à-dire l’aspect formulaire de la série) est affirmée comme étant ce qui est le plus important, contre un feuilletonnant dévorant qui voit les personnes comme des objets ou des fonctions dans un grand récit qui les dépasse.

Tout commence de la même manière, un homme au sombre passé de tueur, efficace, taciturne et désespéré, cherche une forme de rédemption. John Reese, ex-espion, est sans domicile fixe au début de la série (tout comme Angel dans certains flashbacks) et rencontre Harold Finch, une personne qui va redonner un sens à sa vie. Il lui donne accès, en effet, à une puissance supérieure (la machine) qui lui indique des personnes à aider. C’est exactement ce qui se passe avec Angel lorsqu’il rencontre un demi-démon dont les visions sont envoyées par « the powers that be ». La dernière saison de PoI rejouera d’ailleurs la dernière saison d’Angel, notamment par le biais de l’actrice Amy Acker, qui interprète Fred dans Angel et Root dans PoI. Tout se passe comme si l’actrice était tellement exceptionnelle qu’elle en appelait la série à transcender – je dirais littéralement à transfigurer –   son personnage. Ainsi la mort de Fred, devenant la déesse Illyria est littéralement rejouée avec la mort de Root devenant l’avatar de la Machine. On retrouve dans les deux séries ces systèmes de pouvoir si puissants et omniprésents qu’ils en deviennent invisibles et contre lesquels les personnages luttent à mort, dans une structure proprement tragique.

Ce qui me frappe ainsi, c’est le fait que la série devienne une œuvre-somme d’une certaine lignée de séries, que l’on peut faire remonter à mon sens à Beauty and The Beast, une série des années 1980 créée par Ron Koslow. Les séries de Joss Whedon doivent déjà beaucoup à cette œuvre, mais on peut tirer le fil jusqu’à PoI. Ainsi, Beauty and The Beast est fondée sur plusieurs éléments structuraux et notamment le fait que les personnages principaux aident quelqu’un à chaque épisode : or les aidés deviennent par la suite dans Beauty and The Beast les aidants (the helpers). Ce n’est pas qu’un motif, c’est bien un des fondements de l’éthique de la série, qui met en place une communauté utopique fondée sur la confiance, la générosité, l’empathie et l’altruisme. Or l’arrivée, à la fin de PoI, d’une nouvelle équipe formée d’anciennes personnes d’intérêt qui ont désormais repris le flambeau et aident à leur tour, s’inscrit tout à fait dans cette lignée. Plus remarquable encore, les personnages de PoI installent leur QG, au cours des dernières saisons, dans une ancienne station de métro abandonnée dans les souterrains de New York. Or la communauté utopique de Beauty and The Beast vit dans des tunnels en dessous de cette même ville. Dans un épisode où un personnage cherche justement à situer cette communauté, un employé de la mairie, qui lui transmet des vieux plans de la ville, lui raconte que, lors de travaux, une vieille station de métro abandonnée dont on avait oublié l’existence avait été retrouvée. CQFD.

On pourrait aussi tisser des liens avec d’autres séries, notamment Lost de toute évidence, mais quoi qu’il en soit, PoI s’impose comme une série contemporaine consciente de tout un héritage sériel, pas seulement d’un point de vue métafictionnel, mais bien dans un certain rapport à la vie. Ainsi, si les personnages d’Angel ne se rendent véritablement compte que dans la dernière saison du choix qu’ils doivent faire – ce qui amène d’une part à une oscillation des formes de la série, mais aussi à une oscillation des positionnements éthiques des personnages -, ceux de PoI l’ont compris presque dès le départ. La structure est en place et explicite dès le début de la série et trouve son aboutissement à la fin. Comme si elle avait hérité d’un savoir-faire mais aussi d’un savoir qui s’étaient transmis de série en série. Un héritage qui passe par une prise au sérieux de la forme que ces séries utilisent et par la prise de conscience du pouvoir d’une fiction empathique et généreuse.