Chercheuse invitée : Aëlis Coursier. L’importance du quotidien dans Bref.

[J’inaugure par cet article une nouvelle rubrique du blog qui accueillera des textes de chercheurs et chercheuses invité.e.s. Sarah Hatchuel m’a associée, et je l’en remercie, à une journée d’études qu’elle a organisée à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3 en mai 2019 lors de laquelle ses étudiants en Master 2 cinéma et audiovisuel ont présenté des communications portant sur la question de l’éthique dans les séries télévisées. Cette question est au coeur de mes travaux actuels comme de ceux de Sarah et j’ai donc décidé de proposer à certains de ses étudiants de publier ici un article issu de leur communication lors de cet événement. Merci donc à Aëlis Coursier qui ouvre la rubrique avec un texte sur la série Bref. articulant format, narration, point de vue, rapport à l’autre et représentation du quotidien.]

 

Par Aëlis Coursier, Master 2 Cinéma et audiovisuel à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3

Pourquoi est-il pertinent d’analyser les enjeux éthiques des séries télévisées ? Que peuvent-elles nous apprendre sur notre rapport au monde et aux autres ? Pour comprendre l’intérêt porté aujourd’hui aux séries, il est utile de revenir sur l’importance du rôle que joue la fiction dans notre quotidien. Dans La vérité de la fiction, Jean-Pierre Esquenazi affirme que « la vérité d’une fiction touche à l’éclairage que cette fiction propose sur notre monde réel[1]». De manière générale et sous toutes ses formes, la fiction serait donc un outil capable de nous aider à conceptualiser et à penser le réel, en représentant des choses qui s’approchent de notre expérience concrète du monde. Et que pourrait-il y avoir de plus proche de cette expérience concrète que le quotidien ? Ce serait alors lorsqu’elle choisit de mettre en scène ce que nous ne voyons pas nécessairement dans le réel mais qui est pourtant le plus proche de nous, le quotidien des autres, que la fiction prendrait tout son potentiel représentatif : à ce sujet, Jean-Pierre Esquenazi écrit en effet qu’ « offrir le spectacle de l’intimité d’autrui est l’une des plus extraordinaires possibilités offertes par la fiction[2] ». En représentant l’intimité d’autrui, la fiction nous permettrait donc de nous poser des questions éthiques sur l’attention que portons aux autres et à leur expérience vécue.

La représentation de l’intime et la mise en spectacle du quotidien dont parle Esquenazi se retrouvent très fortement dans la série française Bref., réalisée par Kyan Khojandi et Bruno Muschio. Comme son nom l’indique, c’est une série composée de 82 épisodes brefs, de moins de deux minutes chacun : grâce à son format court rappelant l’esprit des shortcoms, la série a été diffusée à raison de deux à trois épisodes par semaines dans Le Grand Journal, l’émission d’actualités de la chaîne Canal +, d’août 2011 à juillet 2012, et a donc accompagné le quotidien des téléspectateurs·trices au moment du journal du soir pendant un an.  Bref. se présente au départ comme une série hautement formulaire : chaque pastille se penche sur un trait de caractère, un évènement du quotidien ou une tranche de vie isolée et passée au microscope de « je » (Kyan Khojandi), un narrateur anonyme dont le commentaire en voix-off accompagne chaque épisode. Le montage dynamique et innovateur de Bref. participe également de la caractérisation de sa formule et nous permet de plonger en immersion dans les pensées du narrateur et dans son quotidien banal de trentenaire parisien.

Mais la série ne nous présente pas uniquement des tranches de vies isolées, et plusieurs lignes narratives se construisent et s’enrichissent au fil des épisodes. Ce que l’on pourrait identifier comme étant l’intrigue principale est l’évolution du triangle amoureux dans lequel s’emmêle le protagoniste. Dès le premier épisode, « Bref. J’ai dragué cette fille », « je » tombe en effet sous le charme de « cette fille » (Alice David), et tente inlassablement de la séduire jusqu’à finalement réussir à l’embrasser[3] et emménager avec elle[4]. Avant de former un couple avec « cette fille », « je » fréquentait Marla (Bérangère Krief), son « plan cul régulier »[5], à qui il n’a pas pris la peine de dire que leur relation était terminée. Marla est secrètement amoureuse de « je », et, bien qu’il ne s’en rende pas compte avant la fin de la série, « je » est également amoureux de Marla.  En parallèle de cette intrigue amoureuse, on peut identifier d’autres       sous-intrigues, comme le divorce des parents de « je » ou le coming-out de son frère, par exemple. Malgré l’omniprésence du formulaire dans Bref., le récit avance et les personnages évoluent : il ne s’agit donc pas d’une série se fondant purement sur une formule, mais d’une série semi-feuilletonnante formulaire[6], qui mêle et alterne avancée de l’intrigue et parenthèses formulaires.

Or, si la série développe des lignes narratives, le retour incessant du formulaire et l’immersion dans le quotidien d’un trentenaire « normal » qui l’accompagne tiennnent selon moi un discours éthique sur la place que nous laissons à l’ordinaire dans nos vies. Tout d’abord, je présenterai le dispositif de Bref. et démontrerai qu’il permet aux spectateurs·trices de plonger au cœur de la vie d’un homme ordinaire. Puis, je proposerai de considérer l’attention portée au quotidien dans la série comme la base d’une « éthique de l’ordinaire ». Enfin je montrerai comment la formule de la sérié évolue afin de prendre en compte la place de l’autre dans le quotidien.

 

            Avant toute chose, il semble important de revenir sur le format de la série, qui contribue à plonger les spectateurs·trices au cœur de l’intimité du protagoniste tout en mêlant le formulaire et le feuilletonnant. L’épisode 9, « Bref. J’ai recroisé cette fille » permet par exemple de se rendre compte des tensions entre intrigue au long terme et formule répétée au sein de la série : en se réveillant un matin, « je » est pris d’une envie pressante. Il se rend compte qu’il n’a plus de papier toilette et décide d’aller rapidement en acheter. Au supermarché, il recroise « cette fille » et se résigne à lui parler bien qu’il porte son papier toilette sous le bras, qu’il ne soit pas lavé, qu’il ait mauvaise haleine et qu’il soit mal habillé. Les deux personnages parlent de tout et de rien tandis que « je » lutte contre son envie pressante. À un moment de la conversation, « cette fille » se mord la lèvre, un geste qui déstabilise « je » et le pousse à imaginer toutes sortes de choses en moins de quinze secondes : un montage rapide de photogramme fixes de « cette fille » est commenté par « je », qui se voit l’inviter à boire un verre, au restaurant, au cinéma, coucher avec elle, lui présenter ses parents, emménager avec elle, la demander en mariage, acheter une maison avec elle et avoir des jumeaux avec elle. De retour à la réalité, « je » se rend compte que son envie est de plus en plus pressante. « Cette fille » reprend son numéro et le quitte en lui embrassant la joue, après quoi « je » cours vers la caisse et après une pause, conclut l’épisode,  par « il faut que je fasse une lessive » avant de repartir d’une démarche hésitante.

Dans cet épisode, le formulaire tient à l’action banale d’aller acheter du papier toilette en urgence au supermarché, tandis que le feuilletonnant est également représenté par la rencontre avec « cette fille », qui fait évoluer l’intrigue amoureuse. En un sens, le formulaire représente les petits tracas du quotidien tels qu’ils sont vécus et racontés par le protagoniste, tandis que le feuilletonnant incarne ce qui sort du quotidien et de l’ordinaire, les évènements qui viennent  l’enrichir et, parfois, le contrarier : sans l’intervention du feuilletonnant, « je » n’aurait sans doute pas eu à laver son pantalon ce matin-là.

Selon moi, le format de Bref. transforme la série en autofiction au sens genettien du terme, soit en la superposition de l’auteur, du narrateur et du personnage principal dans un récit fictif[7]. De fait, Bref. suit la vie du personnage « je », un possible alter ego de l’auteur Kyan Khojandi, telle qu’il la raconte au public en tant que narrateur voix-off, en l’enjolivant ou la dépréciant. De plus, la focalisation interne, modalisée dans la série par l’emploi du pronom « je » et des possessifs associés, nous permet d’accéder aux pensées intimes du personnage, comme lorsque le temps s’arrête pendant qu’il imagine la vie qu’il pourrait avoir avec « cette fille » après qu’elle se soit mordu la lèvre dans l’épisode 9. En ce sens, le récit suit le flux de pensée du narrateur/personnage, redoublé par le montage rapide qui permet de mettre en avant le mouvement de sa pensée, tandis qu’il commente rétrospectivement des aspects de sa vie.

Dans Bref, le documentaire[8], qui revient sur la création et la réception de la série, plusieurs des spectateurs·trices interrogés·ées expliquent que Bref. raconte la vie de « monsieur tout le monde », certains allant même jusqu’à dire que la série témoigne de l’esprit des années 2010. La série représenterait donc avec véracité la vie d’une partie de la population française de cette période. À mon sens, Bref. met en scène le quotidien d’un « homme ordinaire » au sens où l’entend Michel de Certeau : « l’homme ordinaire apparaît avec les insignes d’un malheur général qu’il tourne en dérision. […] Appelé Chacun […], cet anti-héros est donc aussi Personne[9]  ». Ce personnage général, chacun d’entre nous et personne à la fois, est donc une construction imaginaire qui exemplifie avec humour et autodérision les malheurs de la vie quotidienne, tout comme le fait « je » dans Bref.

De fait, « je » semble lui-même savoir qu’il n’est qu’un « homme ordinaire », comme on peut le voir dans l’épisode 11, « Bref. Je suis comme tout le monde ». Cet épisode hautement formulaire consiste en un montage rapides de situations banales du quotidien de « je » commentées par le narrateur : on y apprend entre autres qu’il tousse quand il mange du tiramisu à cause du chocolat en poudre, qu’il a déjà envoyé un second mail intitulé « avec la pièce jointe c’est mieux ! »,  qu’il a déjà soufflé sur une chips tombée par terre avant de la manger, qu’il ne sait jamais combien de pâtes il lui faut se faire cuire, et qu’il ne sait jamais dans quel sens mettre sa clé USB dans son ordinateur.

Ici, toutes ces situations du quotidien sont considérées comme « normales » par « je », qui est lui-même conscient de sa normalité : la succession de ces situations banales permet alors aux spectateurs·trices de se retrouver dans certaines de ces actions, et de voir dans quelle mesure ils·elles correspondent aux critères de la normalité selon « je ». Par ailleurs, cet épisode permet d’exemplifier l’idée que la formule de Bref. est de présenter rapidement des évènements du quotidien, sous forme de récit oral introduit par l’adverbe « bref ». Au-delà de la poursuite des intrigues, ce qui semble vraiment important dans la série est son aspect formulaire, qui permet de moduler autour d’un même thème de départ : le commentaire rétrospectif d’un homme ordinaire sur des évènements normaux.

Selon Jean-Bernard Cheymol, ce qui fait la spécificité de Bref., est justement un « travail sur l’évènement banal grâce auquel celui-ci se trouve mis en valeur[10] ». Le chercheur explique que le montage et la voix-off permettent de focaliser l’attention sur des détails et de les élire au rang d’évènements : ici, on peut par exemple penser au gros plan fixe sur « cette fille » qui se mord la lèvre dans l’épisode 9, un geste banal qui, par le montage, est souligné et, comme un évènement qui viendrait perturber le quotidien, déclenche une série de fantasmes chez « je ». Jean-Bernard Cheymol ajoute par ailleurs que le récit condense les évènements par son format court, ce qui permet de densifier le réel et de donner du sens à l’éphémère de l’expérience humaine[11]. Plus que de faire rire le public avec le récit de la vie banale de « monsieur tout le monde », Bref. mettrait donc en avant l’importance de la nature fugace et périssable de l’expérience quotidienne.

 

            Mais en quoi cette insistance sur le quotidien présente-t-elle des enjeux éthiques ? Comme le souligne Erving Goffman, « les histoires à sensation illustrent de manière caricaturale l’intérêt porté à ce  qui est  extraordinaire et se caractérisent par leur unité, leur cohérence, leur caractère significatif, choses qu’on est loin de trouver dans la vie de tous les jours[12] ». Mais dans Bref., pas de phénomènes surnaturels, de grandes villas à Beverly Hills ou de jeux de pouvoirs, simplement le quotidien répétitif d’un trentenaire désabusé : ainsi, par l’aspect de sa narration éclatée et son choix de représenter des évènements ordinaires, Bref. serait plus proche de « la vie de tous les jours » que des séries plus palpitantes et extraordinaires, et nous permettrait par là même de questionner la place que nous laissons à l’ordinaire dans notre perception du monde. Mais quel rapport avec l’éthique ?

Dans plusieurs de ses articles, la chercheuse Sandra Laugier propose de considérer l’éthique comme le fait de « se rendre attentif à ce qui paraît n’avoir rien de remarquable au sein de la vie ordinaire[13] ». Dérivée de l’éthique du care, du prendre soin, la conception de l’éthique que propose la chercheuse se fonde sur une attention aux détails de la vie que nous ne considérons pas habituellement comme importants, une attention à l’ordinaire. Dans Bref., c’est le choix de faire la narration de choses qui ne sont pas remarquables qui les rend alors importantes. Des épisodes entiers sont consacrés à ces petits gestes du quotidien, comme « Bref, je suis allé au supermarché » (épisode 21), lors duquel « je » pars acheter du déodorant et repars avec un plein caddie dont il nous détaille le contenu, « Bref, j’ai monté un meuble » (épisode 35), durant lequel « je » peine à monter un meuble en kit seul, ou « Bref j’ai passé un coup de fil » (épisode 68) pendant lequel « je » et ses amis s’appellent au téléphone pour planifier leur soirée.

Faire le choix de détailler les opérations de ces actions quotidiennes, de les passer au microscope, même en moins de deux minutes, c’est élire ces actions au rang de ce qui mérite de l’attention, et remettre en perspective la banalité ou la vacuité de notre quotidien. Plutôt que de chercher à trouver du sens dans l’extraordinaire, il s’agirait alors, selon Sandra Laugier, « de chercher non à découvrir ou dévoiler l’invisible mais à voir le visible[14] ». Cette notion peut être rapprochée du « visible » tel que le conceptualise Pierre Sorlin, ce que « les membres d’un groupe perçoivent comme existant, un ensemble d’êtres et de choses qu’ils sont capables de concevoir et de nommer[15] ». Si en tant que spectateurs·trices nous sommes tous, je pense, capable de nommer l’action de faire les courses, nous ne donnons pas nécessairement à cette action le poids nécessaire pour la percevoir comme existante, comme importante et signifiante dans notre réalité et notre quotidien : elle nous est invisible par sa banalité.

Or, c’est justement en prenant conscience de l’importance de notre quotidien que nous pouvons donner un sens à notre expérience du monde, à ce que nous vivons habituellement, et nous placer comme sujet pensant et agissant plutôt que comme spectateur·trice passif·ve de notre vie de tous les jours. L’attention au quotidien, aux détails, nous permettrait alors de nous accorder de l’importance à nous-même. En ce sens, Bref. permet de soulever les enjeux éthiques de la perception et de la reconnaissance de notre quotidien, de ne plus le considérer comme inintéressant, comme un simple symptôme éphémère et répétitif du temps qui passe, mais, au contraire, comme un élément constitutif de notre identité.

Ainsi, le retour incessant du formulaire dans la série vient nous rappeler l’importance du quotidien et de l’ordinaire dans la constitution du protagoniste en tant que personne. Par exemple, l’intrigue amoureuse entre « je », Marla et « cette fille » atteint un pic dans la deuxième partie de la série, durant laquelle Marla débarque chez le couple. « Je » doit alors se justifier auprès des deux jeunes femmes et choisir celle avec laquelle il veut rester : ce nœud dans l’intrigue amoureuse s’étend sur trois épisodes qui se suivent, « Bref. J’étais dans la merde » (épisode 61), « Bref. J’étais toujours dans la merde » (épisode 62) et « Bref. J’ai fait un choix » (épisode 63), une première pour la série qui affirme à ce moment son caractère    semi-feuilletonnant tout en soulignant l’aspect dramatique de cette situation.  Néanmoins, après trois épisodes feuilletonnants qui se suivent, l’épisode 64 « Bref. J’ai fait un dessin » revient au formulaire en s’attardant sur un dessin d’enfance de « je ». La série postule de ce fait qu’un dessin d’enfant est tout aussi signifiant que le drame amoureux qui se joue dans les épisodes précédents, car il appartient également à l’expérience de vie du protagoniste.

Cependant,  Bref. ne semble se focaliser que sur l’expérience vécue d’un sujet particulier, sans vraiment donner de l’importance aux autres. De fait, la nature autofictionnelle et la formule de la série ne lui permettent de se pencher que sur le quotidien et l’intériorité d’un personnage, qui agit également comme narrateur de sa propre vie : les spectateurs·trices sont limités·ées à la perspective et à l’intimité d’un personnage, alors qu’il en existe bien d’autres dans le monde fictif de Bref. Reprenons par exemple l’intrigue amoureuse des épisodes 61, 62 et 63. Dans ces épisodes, nous n’avons en effet accès qu’à l’intériorité de « je », et ne voyons pas les conséquences de ses choix sur le quotidien des deux jeunes femmes, qui sont pourtant tout autant affectées que le protagoniste, voire même plus, par sa décision finale. Or, Sandra Laugier souligne également l’importance de l’attention accordée à l’autre dans la constitution de l’éthique de l’ordinaire. De fait, nous partageons notre quotidien avec autrui, et son existence fait partie intégrante de notre expérience du monde. Quelle est la part accordée à l’autre dans Bref. ?

 

            Pour théoriser cette place, il nous faut d’abord revenir sur la définition du « soi », du « sujet » pensant et agissant. Bref. se focalise en effet sur un sujet, « je », mais, selon Thibaut de Saint Maurice, « un sujet […] est un être qui ne peut être authentiquement ce qu’il est sans relation avec d’autres êtres[16] ». La constitution de notre expérience en tant que sujet est donc indissociable des autres, ce qui implique qu’il ne peut y avoir de « je » sans « tu », « il·s », « elle·s » ou « nous ». Cette continuité entre le sujet et autrui est défendue par Sandra Laugier dans sa vision de l’éthique : selon la chercheuse, prêter attention à l’expérience quotidienne, c’est prêter attention aussi bien au réel qu’aux autres, qui font partie de mon expérience du quotidien et me permettent d’être important par la vision qu’ils ont de moi[17].

On pourrait donc voir la formule de Bref., centrée autour d’un unique personnage focale, comme une entrave qui ne permettrait pas à la série de mettre en avant une véritable éthique de l’ordinaire. Cependant, la formule de la série n’est pas fixe, et, à partir de la deuxième partie du récit, on retrouve de plus en plus d’épisodes décentrés de la perception de « je », qui laissent la place à d’autres personnages d’exprimer, eux aussi, l’importance de leur quotidien, souvent pour donner une autre perspective sur un des évènements de la série. Ainsi, l’épisode 60, « Bref. Je suis un plan cul régulier » reprend presque plan pour plan l’épisode 10 « Bref. J’ai un plan cul régulier », mais c’est la voix de Marla, et non celle de « je » qui commente  cette fois-ci les actions montrées à l’écran : mis côte à côte, ces deux épisodes permettent de confronter les points de vues et les intériorités de Marla et « je », et donc de donner une voix à Marla pour exprimer au public ses sentiments et sa subjectivité.

Si le changement de perspective de l’épisode 60 permet de modifier notre perception des évènements de l’épisode 10, le tout premier épisode de Bref. dans lequel l’instance narrative est déplacée de « je » vers un autre personnage, « Bref. Je suis vieille » (épisode 47), nous permet quant à lui de rentrer, le temps d’un épisode, dans la quotidien d’une vieille dame que nous n’avions jamais rencontrée avant dans la série. L’épisode commence dans la tête de « je », qui attend une jeune femme avec qui il a rendez-vous dans un parc. Il aperçoit une vieille dame sur le banc d’en face, et un travelling avant sur le visage de cette dernière fait basculer l’instance narrative. Le reste de l’épisode est en effet centrée sur cette vieille dame, qui nous raconte son quotidien : elle se lève tôt, a tendance à oublier les choses, et est toujours accompagnée d’un personnage imaginaire, la Solitude, depuis que son mari l’a quittée. Toute la journée, elle parle de la pluie et du beau temps avec ses amis, et avec les gens, qui n’ont pas de temps à lui accorder. Même son fils ne prend pas le temps de lui tenir compagnie, et il passe simplement récupérer son petit-fils. Cependant, dans le payoff de l’épisode, « je » viens s’asseoir sur le banc à côté de la vieille dame, et prend le temps de lui parler, ce qui provoque le départ de la Solitude.

Dans cet épisode, « je » prête attention à une inconnue, à une autre personne, et vient changer son quotidien monotone et solitaire en s’asseyant à côté d’elle : il lui donne de l’importance. À travers l’évolution de la formule, le changement de point de vue met également en avant le fait que la série elle-même se soucie des autres, et nous encourage à faire de même, à prendre le temps de parler du temps, à prendre le temps d’entrer dans le quotidien d’une personne inconnue, et de la considérer comme un sujet. Ce transfert de voix narrative fait écho à la conception de l’attention à l’autre chez Sandra Laugier, selon qui « c’est en redonnant sa voix, différente, au sensible individuel, à l’intime, que l’on peut assurer l’entretien […] d’un monde humain[18] ». De la même manière que la mise en récit par la série d’évènements banals leur donne de l’importance, donner une voix à un autre personnage que le personnage principal permet également de le faire exister dans la sphère du visible, et à travers lui son quotidien, en lui donnant le pouvoir de verbaliser son existence, son « je », dans la narration.

 Ainsi, nous pourrions dire que, dans les épisodes décentrés de « je », le série rejoue sa propre nature : en tant que spectateurs·trices, nous laissons en effet à la série, et donc aux quotidiens fictifs des personnages, une place dans notre propre quotidien, une opportunité d’exister. Les spectateurs·trices deviennent alors une multitude d’autres qui prennent, au moment de la diffusion de la série dans Le Grand Journal, le temps de prêter attention au récit de la vie ordinaire du protagoniste, proche de leur propre quotidien, au milieu des autres actualités      peut-être plus extraordinaires présentées par le journal. La place de la série dans la grille des programmes est donc elle-même un retour à l’ordinaire, au quotidien parmi les actualités extraordinaires diffusées à la télévision. De même, aujourd’hui, alors de la série est disponible dans son intégralité sur YouTube, faire le choix de regarder un ou plusieurs épisodes de Bref., c’est faire le choix de regarder une représentation du quotidien dans sa trivialité plutôt que de regarder une vidéo palpitante ou un tutoriel mis en scène.

Pour finir cette analyse, j’aimerais m’attarder sur le dernier épisode de la série, symboliquement nommé « Bref. ». Dans cet épisode, « je » passe par un parc pour rejoindre ses amis. Il se dit qu’il est passé 117 fois devant ce parc sans y entrer, mais, brusquement, la focalisation change et nous avons accès aux pensées du jardinier qui était en arrière-plan. Quelques secondes plus tard, c’est dans les pensées d’une jeune femme assise avec un jeune homme dont elle semble amoureuse sur le banc d’à côté que nous sommes projetés, et ainsi de suite, si bien que nous avons accès aux pensées intimes de 13 personnages inconnus et d’un chien. Cet épisode transfère la narration de personnage en personnage, chacun posant un regard différent sur le même espace public, chacun étant plongé dans ses pensées, chacun ayant une petite voix personnelle qui commente le quotidien au fur et à mesure qu’il est vécu. À la fin de l’épisode, les différentes voix intérieures se mêlent et prononcent « Bref » à l’unisson.

Cet épisode a été pensé comme un hommage aux fans par les créateurs[19], chaque passant représentant une personne potentielle dans le public, prise dans l’intimité de sa pensée, mise sur le devant de la scène : une personne à qui la série et ses créateurs accordent de l’importance, comme le public a accordé de l’importance à la série et l’a aidée à décoller grâce aux réseaux sociaux. Cela représente selon moi ce qu’est l’éthique de l’ordinaire : donner de l’espace aux gens, donner de l’importance aux petites choses que nous pensons pour nous-même, aux actions quotidiennes que nous faisons. Cet épisode nous rappelle que nous, téléspectateurs·trices, sommes une multitude à partager la même série, à lui prêter attention, à l’inclure dans notre quotidien : elle créer du lien par l’ordinaire, dans lequel chacun·e d’entre nous peut se retrouver.

 

            Dans Bref, le documentaire[20], Kyan Khojandi explique que Bref. est née du désir de raconter des tranches de vie très rapidement, comme lorsque nous racontons à l’une de nos connaissances une histoire banale mais importante pour nous, ou qui semble importante dans notre esprit, tout en ayant peur qu’elle ne soit pas intéressante pour autrui. La mise en récit du quotidien dans la série permet donc de lui donner de la valeur : la banalité des évènements représentés facilite l’identification avec le narrateur « je » et invite les spectateurs·trices à prêter attention à leur propre quotidien et à celui des autres. L’éthique de Bref, ce serait donc d’affirmer qu’il existe une multitude de gens, avec une multitude de quotidiens, et que chacun·e est important dans son apparente banalité. Cette fenêtre ouverte sur la banalité et l’ordinaire, qui présente avec humour la vie d’un trentenaire désabusé, permet également de repenser notre perception du quotidien et de ce qui est important. Comme le suggère Alice Béja, Bref. fait preuve d’un « humour qui rassure, dans un humour qui, sous couvert d’autodérision, cache une grande tendresse et beaucoup de magnanimité[21] », un humour qui, je pense, permet de relativiser notre propre conception du quotidien et notre rapport aux autres, de se rassurer quant à notre place dans le monde et quant à la manière dont nous occupons notre temps. Ce qu’illustre finalement Bref., c’est ce que tout le monde fait dans son intimité mais que personne d’autre que nous-même ne voit forcément : en voyant ces choses intimes, secrètes, triviales et banales représentées à l’écran, nous sommes rassurés quant à notre « normalité », que la série nous invite à élever au rang de fierté en y prêtant attention, tout en nous invitant à prêter attention et à respecter les autres et leur « normalité » propre. Bref, l’éthique peut se retrouver dans l’ordinaire.

 

 

Bibliographie

Bref., Kyan Khojandi et Bruno Muschio, France, Canal +, 2011-2012 :

            Épisode 1, « Bref. J’ai dragué cette fille » 29/08/2011. En ligne :             https://www.youtube.com/watch?v=UO8tcf3U0dY&t=11s [consulté le 28/04/2019].

            Épisode 9, « Bref. J’ai recroisé cette fille », 15/09/2011. En ligne :             https://www.youtube.com/watch?v=r7LVaWeM_bg&list=PLlFikkv2B2ffwYiFQJmcao3RKtw1DFMz5&index=10&t=0s [consulté le 28/04/2019].

            Épisode 10, « Bref. J’ai un plan cul régulier », 19/09/2011. En ligne : https://www.youtube.com/watch?v=9zk0TrOU_cI&list=PLlFikkv2B2ffwYiFQJmcao3RKtw1DFMz5&index=11&t=0s [consulté le 28/04/2019].

            Épisode 11, « Bref. Je suis comme tout le monde », 20/09/2011. En ligne          https://www.youtube.com/watch?v=tkMoSaUMsiM&list=PLlFikkv2B2ffwYiFQJmcao3RKtw1DFMz5&index=11 [consulté le 28/04/2019].

            Épisode 21, « Bref, je suis allé au supermarché », 14/10/2011. En ligne : https://www.youtube.com/watch?v=onb8vNaHYB4&list=PLlFikkv2B2ffwYiFQJmcao3RKtw1DFMz5&index=21 [consulté le 29/04/2019].

            Épisode 35, « Bref, j’ai monté un meuble », 13/12/2011. En ligne :             https://www.youtube.com/watch?v=46O65gqs03c&list=PLlFikkv2B2ffwYiFQJmcao3RKtw1DFMz5&index=35 [consulté le 29/04/2019].

            Épisode 40, « Bref. J’étais à côté de cette fille ». En ligne :             https://www.youtube.com/watch?v=DOMouPqhIus&list=PLlFikkv2B2ffwYiFQJmcao3RKtw1DFMz5&index=40 [consulté le 29/04/2019].

            Épisode 42, « Bref. J’ai un nouvel appart’ ». En ligne :             https://www.youtube.com/watch?v=c-51sCEAiCg&list=PLlFikkv2B2ffwYiFQJmcao3RKtw1DFMz5&index=42 [consulté le 30/04/2019].

            Épisode 47, « Bref. Je suis vieille », 20/02/2012. En ligne :             https://www.youtube.com/watch?v=5pr4Q09-16k&list=PLlFikkv2B2ffwYiFQJmcao3RKtw1DFMz5&index=47 [consulté le 30/04/2019].

            Épisode 60, « Bref. Je suis un plan cul régulier », 16/04/2012. En ligne : https://www.youtube.com/watch?v=5rKgC34qhFI&list=PLlFikkv2B2ffwYiFQJmcao3RKtw1DFMz5&index=60 [consulté le 30/04/2019].

            Épisode 61, « Bref. J’étais dans la merde », 19/04/2012. En ligne :             https://www.youtube.com/watch?v=I4-bhdkKSfU&list=PLlFikkv2B2ffwYiFQJmcao3RKtw1DFMz5&index=6 [consulté le 31/04/2019].

            Épisode 62, « Bref. J’étais toujours dans la merde », 23/04/2012. En ligne :        https://www.youtube.com/watch?v=KM1Rsc4JyxA&list=PLlFikkv2B2ffwYiFQJmcao3RKtw1DFMz5&index=62 [consulté le 31/04/2019].

            Épisode 63, « Bref. J’ai fait un choix », 30/04/2012. En ligne :             https://www.youtube.com/watch?v=UNbu1DM-jk0&list=PLlFikkv2B2ffwYiFQJmcao3RKtw1DFMz5&index=63 [consulté le 31/04/2019].

            Épisode 64, « Bref. J’ai fait un dessin », 01/05/2012. En ligne :             https://www.youtube.com/watch?v=LZQUFY0W_lY&list=PLlFikkv2B2ffwYiFQJmcao3RKtw1DFMz5&index=64 [consulté le 31/04/2019].

            Épisode 68, « Bref j’ai passé un coup de fil », 05/06/2012. En ligne : https://www.youtube.com/watch?v=8matlnmBY98&list=PLlFikkv2B2ffwYiFQJmcao3RKtw1DFMz5&index=68 [consulté le 31/04/2019].

            Épisode 82, « Bref. », 12/07/2012. En ligne :             https://www.youtube.com/watch?v=1cZ_H0rgwCU&list=PLlFikkv2B2ffwYiFQJmcao3RKtw1DFMz5&index=82 [consulté le 31/04/2019].

 

Bref, le documentaire, Olivier Montoro, Canal +, 31/12/2011. En ligne :             https://www.youtube.com/watch?v=B432BhrW5Xg&t=1s [consulté le 03/05/2019].

 

            BÉJA Alice, « Bref, ça rassure », Esprit, n°2, 2012, p. 166-167.

            CHEYMOL Jean-Bernard, « Le pouvoir de la fiction télévisée d’un point de vue temporel. Densification et condensation à l’œuvre dans la série Bref », Communication. Information, médias, théories, pratiques, vol. 32, n°1, 2013, 18 pages. En ligne : https://journals-openedition-org.ezpupv.biu-montpellier.fr/communication/4945 [consulté le 05/05/2019].

            DE CERTEAU Michel, L’invention du quotidien. 1. Arts de Faire, Paris : Éditions Gallimard, 1990 .

            DE SAINT MAURICE Thibaut, Philosophie en séries. Saison 2, Paris : Éditions Ellipses, 2011.

            ESQUENAZI Jean-Pierre, Le vérité de la fiction. Comment peut-on croire que les récits de fiction nous parlent sérieusement de la réalité ?, Paris : Lavoisier, 2009.

            —, Les séries télévisée, l’avenir du cinéma ?, Paris : Armand Colin, 2012.

            GENETTE Gérard, Fiction & Diction, Ithaca : Cornell University Press, 1993 [1991, traduit du français par Catherine Porter].

            GOFFMAN Erving, Les cadres de l’expérience, Paris : Les éditions de Minuit, 1991 [1974].

            LAUGIER Sandra, « L’éthique comme attention à ce qui compte », in Yves Citton, L’économie de l’attention, Paris : La Découverte, 2014, p. 252-266. 

            LAUGIER Sandra, « L’éthique comme politique de l’ordinaire », Multitudes, vol. 2, n°37-38, 2009, p. 80-88.

            SORLIN Pierre, Introduction à une sociologie du cinéma, Paris : Klincksieck, 2015.

Notes

[1] Jean-Pierre Esquenazi, La vérité de la fiction. Comment peut-on croire que les récits de fiction nous parlent sérieusement de la réalité ?, Paris, Lavoisier, 2009, p. 183.

[2] Jean-Pierre Esquenazi, Les séries télévisées, l’avenir du cinéma ?, Paris, Armand Colin, 2012, p. 160.

[3] Épisode 40, « Bref. J’étais à côté de cette fille ». En ligne : https://www.youtube.com/watch?v=DOMouPqhIus&list=PLlFikkv2B2ffwYiFQJmcao3RKtw1DFMz5&index=40

[4] Épisode 42, « Bref. J’ai un nouvel appart’ ». En ligne : https://www.youtube.com/watch?v=c-51sCEAiCg&list=PLlFikkv2B2ffwYiFQJmcao3RKtw1DFMz5&index=42

[5] Épisode 10, « Bref. J’ai un plan cul régulier ». En ligne : https://www.youtube.com/watch?v=9zk0TrOU_cI&list=PLlFikkv2B2ffwYiFQJmcao3RKtw1DFMz5&index=11&t=0s

[6] Pour la définition de ce terme, voir Claire Cornillon, « Générique », https://episodique.hypotheses.org/13.

[7] Gérard Genette, Fiction & Diction, Ithaca, Cornell University Press, 1993, pp. 75-77.

[8] Olivier Montoro, Bref, le documentaire, Canal +, 2011. En ligne : https://www.youtube.com/watch?v=B432BhrW5Xg

[9] Michel de Certeau, L’invention du quotidien. 1. Arts de Faire, Paris, Éditions Gallimard, 1990, p. 14.

[10] Jean-Bernard Cheymol, « Le pouvoir de la fiction télévisée d’un point de vue temporel. Densification et condensation à l’œuvre dans la série Bref », Communication. Information, médias, théories, pratiques, vol. 32, n° 1, 2013, p. 11.

[11] Ibid., p. 2.

[12] Erving Goffman, Les cadres de l’expérience, Paris Les éditions de Minuit, 1991 [1974], p. 23.

[13] Sandra Laugier, « L’éthique comme attention à ce qui compte », in Yves Citton, L’économie de l’attention, Paris, La Découverte, 2014, p. 261.

[14] Sandra Laugier, « L’éthique comme politique de l’ordinaire », Multitudes, vol. 2, n° 37-38, 2009, p. 86.

[15] Pierre Sorlin, Introduction à une sociologie du cinéma, Paris : Klincksieck, 2015, p. 49.

[16] Thibaut de Saint Maurice, Philosophie en séries. Saison 2, Paris, Éditions Ellipses, 2011, p.73.

[17] Art. cit., Sandra Laugier, « L’éthique comme attention à ce qui compte », p. 261.

[18] Art. cit., Sandra Laugier, « L’éthique comme politique de l’ordinaire », p. 81.

[19] Kyan Khojandi et Bruno Muschio, « [BONUS] (vu par les réals) 82. Bref. ». En ligne : https://www.youtube.com/watch?v=Ou3VYowGNG0&list=PLlFikkv2B2fcg53cFsNC6oXa6mJ0Ez6hc&index=83&t=0s

[20] Op. cit., Olivier Montoro, Bref, le documentaire.

[21] Alice Béja, « Bref, ça rassure », Esprit, n° 2,  2012, p. 167.

 

Episode final

La fin d’Angel ou le primat du formulaire

“One should be able to see things as hopeless and yet be determined to make them otherwise.” Scott Fitzgerald

Angel, diffusée de 1999 à 2004 et créée par Joss Whedon et David Greenwalt, est la spin-off de Buffy The Vampire Slayer. La fin de la série a été annoncée par la chaîne de manière surprenante juste après la diffusion de l’un de ses épisodes les plus célèbres qui voit Angel se transformer en marionnette. Paradoxalement, cette fin précipitée est aussi le moment où la série a pris son sens, en radicalisant dans un coup de force final tout ce qu’elle avait suggéré auparavant. De ce fait, elle prend une dimension existentielle tout autant que métafictionnelle. Angel est une série particulièrement formulaire : chaque épisode correspond à une affaire surnaturelle à laquelle est confrontée l’agence de détectives d’Angel, dans un mélange entre la série policière et la série fantastique. Dans ce contexte formulaire, les personnages tentent de construire un avenir et un devenir – d’introduire du feuilletonnant – dans un monde qui se dérobe. Angel voudrait croire à cette prophétie qui annonce sa rédemption possible après une suite d’actions qu’il pourra mener; il voudrait croire, dans la dernière saison, qu’il pourra détruire de l’intérieur le symbole du mal – Wolfram and Hart- en en prenant la tête. Pourtant, ce que la série révèle in fine, c’est le primat du formulaire, à contre-courant de nombreuses séries où le formulaire est considéré comme un point de départ qui va s’effacer devant le feuilletonnant. Dans Angel, le mal ne pourra jamais être vaincu totalement. Il n’y a pas destin final. Mais comment finir un tel récit? Y a-t-il même un récit possible dans ces conditions? La réponse de la série est clairement positive : le récit est celui de l’inscription dans l’instant, sans cesse renouvelé. Tout se joue à chaque histoire, à chaque combat, à chaque épisode. Parce que le mal ne pourra jamais être vaincu entièrement, il faut se battre à nouveau à chaque seconde. La caractère foncièrement épique et tragique de la fin d’ Angel repose sur cette conception de l’héroïsme de l’ombre, celui du quotidien. Ainsi, face au paradigme du grand récit, elle propose une autre voie, grandiose dans sa modestie radicale. Rarement une série aura-t-elle interrogé de cette manière la fin, non seulement comme une clôture de l’histoire, mais sur un plan esthétique et philosophique. Il me semble que le format, parce qu’il est très contraint et ici hybride, devient le lieu d’une négociation où les enjeux narratifs font écho aux enjeux existentiels. Ce que présente Angel est une itinéraire d’émancipation, qui se construit autour de la question du positionnement éthique.

Dans la séquence finale, tous les personnages survivants se retrouvent dans une ruelle, la nuit, sous une pluie diluvienne, sur fonds de hurlements démoniaques, alors que déferlent des hordes de créatures infernales. A “On ne tiendra pas dix minutes”, Gunn rétorque ” Faisons en sorte qu’elles soient donc mémorables”. Héroïsme suprême des combattants dans leur dernière heure. Mais la dernière phrase est “Let’s go to work”, avant la coupure abrupte qui constitue un véritable choc. La fin de la série est un cliffhanger extrême, puisqu’Angel semble littéralement couper l’image avec son épée, mais qui est paradoxalement une véritable fin, comme peu de séries sont parvenues à en offrir. Car ces quelques images résument l’ensemble du propos de la série et l’itinéraire chaotique, désespéré et grandiose de ses personnages. L’image du groupe, Angel en tête, partant au combat est en effet un motif récurrent de la série qui aura été utilisé selon plusieurs tonalités (épique, tragique ou comique). Ici cette image se construit en dialogue avec la phrase prononcée par Angel. Une bataille après autres, ils ont toujours fait simplement cela, leur travail.

C’est pourquoi la fin d’Angel met en valeur une forme d’épique du quotidien. Autant Buffy réaffirmait dans ses derniers instants que chacun d’entre nous peut être un héros ou une héroïne, autant Angel souligne que chaque instant est un choix. Il n’y a pas de vision essentialiste de l’identité dans la série. A chaque moment nous pouvons nous réinventer, en bien comme en mal. Cela ne signifie pas que le passé est effacé, bien au contraire. Il s’agit plutôt de réouvrir un pouvoir d’action dans le présent. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle Angel n’abandonne jamais Faith, et que Faith à son tour n’abandonnera jamais Angel. Il y a au moins trois scènes qui se répondent dans l’ensemble de la série : celle où Angel sauve Faith de sa logique d’auto-destruction, celle où naît Connor, le fils d’Angel, et la fin de la série. Trois scènes de ruelles, la nuit, sous la pluie, où se jouent des choix éthiques fondamentaux et des moments de résistance au mal et au destin. Angel accepte Faith malgré elle; Darla se sacrifie pour donner vie à son fils; et tous les personnages se lancent sans hésiter, dans la scène finale, dans une bataille où leur mort est presque certaine. C’est ce choix éthique, réinvesti à chaque instant, qui fait des personnages des héros, non pas parce qu’ils accomplissent leur grand destin, mais parce qu’ils créent un espace d’émancipation.

De ce fait, la série instaure un rapport au format qui lui est organique : il s’agit de remettre en avant le formulaire contre le feuilletonnant. Le feuilletonnant, dans la série, est associé à ce grand récit censé être cohérent et faire sens dans une construction préalable. Il est le format du destin et des grandes prophéties qui réintroduisent un lien causal entre tous les événements de la vie des personnages et un regard surplombant duquel ils ne semblent pas pouvoir échapper. Ainsi, les saisons 3 et 4, les plus feuilletonnantes, sont fondées sur des histoires de prophéties et de grands desseins. Ce sont aussi des saisons apocalyptiques, parce que les prophéties y sont manipulées par des forces obscures pour faire advenir ce qu’elles souhaitent avant tout, la mort et la destruction. Wesley est ainsi conduit à croire qu’Angel va tuer son fils et contribue à le livrer à son pire ennemi. Dans la saison 4, Jasmine semble être le point convergent de tout ce qui a précédé, mais elle construit un monde de bonheur factice où disparaît tout libre arbitre. Les épisodes de cette saison 4 se suivent très directement, parfois reprenant sur l’image sur laquelle se terminait l’épisode précédent et les personnages s’y sentent pris comme dans un train en marche qu’ils ne peuvent arrêter. Mais une question ne cesse d’y être posée : est-il possible d’éradiquer le mal pour toujours? C’est là le projet totalitaire de Jasmine. “Nous allons changer le monde”, dit-elle et Angel de souligner “Enfin”. les personnages ont en effet tenté en vain de construire cette utopie d’un monde sans mal, qui va de pair avec l’idée tout aussi utopique de la rédemption finale d’Angel, sur laquelle repose l’intégralité du concept de la série. La prophétie Shanshu annonce qu’un vampire avec une âme redeviendra humain après avoir joué un rôle fondamental dans l’apocalypse. Or, dès la saison 2, ce projet et cette vision téléologique de l’histoire révèle des failles. Dans l’épisode 15, Angel doit remonter à la source du mal, le “home office” du cabinet d’avocats Wolfram and Hart, et l’ascenseur le conduit à son point de départ : notre monde. Le mal est partout, de tous temps, en chacun, et donc en même temps nulle part. “Nous ne cherchons pas à gagner” avoue d’ailleurs l’avocat Holland Manners, représentant ici les forces du mal, “nous continuons”. Il n’y a pas de grande bataille finale, mais une coexistence constante. De même Angel doute que la prophétie qui annonce sa rédemption se réalise jamais et avoue à Lorne dans l’épisode 13 de la saison 2 : “That’s my problem. I can’t win. I’m trying to atone for a hundred years of unthinkable evil. Newsflash : I never can. Never gonna be enough.”

La série se clôt pourtant sur une grande bataille, plus épique que jamais, parce que son enjeu est fondamental : celui de l’action éthique. Elle se prépare déjà dans l’épisode 16 de la saison 2, lorsqu’Angel déclare : “If nothing we do matters, then all that matters is what we do. Cause that’s all there is. What we do. today.” Ce qui compte, ce n’est pas demain, c’est bien aujourd’hui. Les personnages ne sont d’ailleurs jamais autant dans leur élément que lorsqu’ils règlent une intrigue bouclée en aidant un client de leur agence de détective. De fait, Gunn, dans la saison 4, pris dans la tourmente du grand récit surplombant, n’attend qu’une chose, de pouvoir retourner à ses missions habituelles et aider quelqu’un. C’est ce que l’ensemble du groupe tente de faire dans la saison 5, mais ils le font non plus depuis une position marginale mais au coeur du pouvoir, à la tête de la branche de Los Angeles de Wolfram and Hart. Or l’agence, via les “senior partners”, représente les manigances, les complots à long terme, les stratégies maléfiques. Cette grosse machine est le lieu même des prophéties. Nos héros y sont happés à nouveau hors des problématiques qui le concernaient et sont pris dans une mécanique où ils risquent de ne devenir que des pantins. L’importance du motif de l’archive et du contrat fixant le passé et l’avenir dans cette saison est constitutif de cette idée de prophétie. Les personnages vont donc devoir se détacher radicalement de cette institution.

Il est intéressant de comparer la dernière bataille de Buffy et celle d’ Angel. Buffy propose une fin spectaculaire, grandiose, un héroïsme de la lumière, et se termine d’ailleurs en plein soleil, annonçant un renouveau. Angel se termine dans une ruelle sombre, la nuit, et présente un héroïsme de l’ombre, aux deux sens du terme. Personne ne saura ce qui s’est joué dans cette ruelle et là n’est pas l’enjeu. Les personnages qui entourent Buffy sont certes des marginaux, les mal-aimés du lycée, mais les compagnons d’Angel le sont de manière beaucoup plus radicale. Des vampires, une déesse maléfique des temps primordiaux, un démon chanteur : leur enjeu est précisément leur humanité. En outre, Buffy est une série d’apprentissage où les personnages se construisent, quand Angel est une spin-off, c’est-à-dire une série où les personnages arrivent déjà avec un passé. La problématique de la plupart des personnages d’ Angel  consiste dans le fait de gérer ou de dépasser leur passé : culpabilité pour les vampires, mais aussi pour Cordélia, traumatisme des cinq ans passés dans une autre dimension pour Fred, passé familial difficile pour Wesley, etc. Les personnages butent sur ces mêmes éléments constamment. Jusqu’à Connor qui est l’incarnation même de cette problématique. Il ne peut précisément pas continuer à vivre tellement il ne conçoit pas d’avenir, et c’est en lui enlevant son passé qu’il pourra se reconstruire. La question du rapport au temps est ici non pas linéaire mais cyclique, hantée par le passé qui accumule les souffrances mais ne permet pas de capitaliser pour les faire disparaître. Elles seront toujours là. La seule solution est de tenter de vivre au présent et de rejouer à chaque instant la décision qui fait de nous la meilleure version de nous-même, même, et surtout, parce qu’il n’y aura pas de récompense au bout du chemin. Angel renonce donc, en signant de son sang un contrat, à bénéficier de la prophétie et à la possibilité de devenir humain, car dans le même temps il s’apprête à être plus humain que jamais. Il déclare ainsi à Lindsey à propos de la confrérie qu’ils essaient de détruire : “Peut-être qu’ils ne sont pas là pour être battus. Peut-être qu’ils sont là pour être combattus. Et les combattre est ce qui fait de nous des êtres humains.” Contre une définition biologique de l’humanité, Angel se positionne éthiquement en être humain.

La série joue donc sur l’essence du formulaire, cette impossibilité de capitaliser sur ce que l’on a fait avant, cette impression d’éternel recommencement, mais qui n’enlève aucun sens à l’action, qui, au contraire, rend chaque action signifiante. Ce qui évolue finalement dans la série est la conscience que les personnages ont d’eux-mêmes, ont du groupe et du monde. La vie est faite de structures qui se répètent mais chaque jour reste un nouveau jour. Ainsi, il n’y a pas de choix définitif, pas un embranchement qui détermine le reste à jamais. C’est ce rapport au récit et ce rapport au monde que met en jeu Angel. Un monde tragique parce que le bien ne gagnera jamais, mais qui implique aussi qu’il n’y a pas d’enfermement définitif dans le mal. Si les personnages sont soutenus, et s’ils le décident, ils peuvent agir différemment qu’ils ne l’ont fait jusqu’à présent. Ce n’est pas une question d’identité mais d’agir. Ainsi peu importe que l’on soit un démon, un vampire ou une déesse, il s’agit d’agir en être humain. La question de l’identité est aussi fondamentale car, en renonçant au feuilletonnant, aux prophéties et au destin, à l’idée d’être celui qui est choisi, Angel et ses compagnons renoncent à leur identité héroïque externe, mais c’est en faisant cela qu’ils construisent de l’intérieur une identité héroïque plus grandiose encore. Ils se positionnent de manière radicale et complètement désintéressée, non pas pour accomplir une destinée, mais pour être à chaque moment la meilleure version possible d’eux-mêmes. Le travail sur le format, en affirmant le primat du formulaire, invite à se réapproprier le cadre contraint, à le réinvestir de sens, pour créer un espace d’émancipation. De même, les personnages choisissent d’embrasser un itinéraire qu’ils considèrent comme justes. Par ce choix, ils s’affirment comme libres et comme humains. La fin d’ Angel est donc un coup de force idéologique, une démonstration de position radicale. Elle est une manière extrême et fantasmée de poser la question éthique à laquelle nous sommes tous confrontés à chaque instant, celle du “que faire?”. Peu importe le contexte, la bataille perdue d’avance, il importe de continuer à se battre, c’est-à-dire de continuer à adopter une position éthique, quand bien même elle n’aurait pas de conséquences, non pas comme un pantin manipulé par un destin inévitable, mais comme un être libre. C’est une véritable posture d’émancipation, qui rejoint évidemment le propos de Buffy, mais qui le pousse plus loin. Alors, comme Fred le dit si bien dans l’épisode 7 de la saison 3, “Screw destiny”.

(Texte d’une communication présentée à Caen lors de la journée d’études Fins de séries en 2016. Le texte a été mis à jour)

Cite this article as: Claire Cornillon, [Title] in Episodique, https://episodique.hypotheses.org/.